Big Pharma passe le brevet

Indius-Big-Pharma-ba

Que peut-il y avoir de plus délicieux que de générer du profit sur la santé des gens ? Être le seul à pouvoir le faire, bien sûr. Et c’est exactement ce que propose Big Pharma grâce à l’arrivée d’un système de brevets.

Big Pharma est un jeu de gestion mêlé de puzzle-game, ayant pour thème l’industrie pharmaceutique. Je ne m’étendrais pas plus, d’autant que nous venons de publier un aperçu du jeu que je vous invite à lire. Sérieusement, faites-le. Je ne rigole pas.

Actuellement toujours en bêta payante, le jeu ne cesse d’être alimenté par son développeur avec des mises à jour amenant chaque fois de nouvelles possibilités. Cette update ne s’y trompe pas et apporte notamment la gestion des brevets. Dorénavant, si vous avez débloqué la fonctionnalité et moyennant finance, vous aurez la possibilité de déposer un brevet pour chacun de vos médicaments. D’une durée réglable, il protégera votre propriété intellectuelle et vous octroiera un monopole temporaire, empêchant vos concurrents d’en produire un équivalent. Bien que cela ne bouleverse pas le gameplay ni notre avis sur le jeu, c’est un atout intéressant à l’intérêt stratégique évident.

Parmi les autres ajouts de cette mise à jour, on notera pêle-mêle l’arrivée d’un mode libre avec argent illimité et arbre technologique déverrouillé, ainsi que d’un mode personnalisable permettant de prédéfinir l’ensemble des paramètres d’une partie, du nombre de concurrents au taux de guérison des patients. On trouvera également quelques ajouts dans le menu d’options tels que le choix de la devise utilisée ou le filtrage des notifications en jeu. Bref, on ne peut pas dire que le développeur soit parti se faire dorer la pilule.

 

Mi-homme, mi-Fuego, le Sergent Cule est un organisme vivant composé à 60% de Guinness, 40% de chips et 10% d'autres trucs divers un peu dégueus. Notre spécimen aime visionner Top Gear en slip, les LEGO et parfois écrire sur, au pif, les jeux vidéos.