Changer le monde grâce à Minecraft ?

Indius-MinecraftBlock-ba

« I prefer drawing to talking. Drawing is faster, and leaves less room for lies. »

Aujourd’hui, c’est la Journée Mondiale du Livre et du Droit d’Auteur. Rien à voir avec notre sujet, me direz-vous, puisque nous allons parler de Minecraft. Non pas pour en présenter l’actualité, encore moins pour en décrire la dernière mise à jour, mais pour aborder un programme parallèle mis en place par Mojang et les Nations Unies en 2012. Ayant pour substantif l’emblème de la création de Mojang, le programme « Block by Block » a pour but d’inciter les citoyens à s’investir dans la modification et le renouvellement des espaces de vie commune, et ce grâce à Minecraft. Il faut en effet reconnaître que l’outil est bien moins intimidant qu’un logiciel d’architecture performant et complexe.

Indius-Minecraft-1

L’initiative n’est pas nouvelle, puisque le groupe suédois Mojang s’était déjà associé avec les Swedish Building Services en 2011 dans le cadre de Mina Kvarter (qui signifie littéralement « Mes Blocs »), un plan de rénovation global impliquant directement les habitants de Fisksätra, un petit quartier local qui avait urgemment besoin d’un coup de jeune. Ces derniers étaient alors au coeur de la refonte de leur lieu de vie et pouvaient, à travers des reproductions du quartier réalisées par la communauté – à l’époque grandissante – de Minecraft, modifier très simplement les bâtiments et apporter leur propre vision des choses. S’en suivirent moult discussions et débats, toujours appuyés de maquettes virtuelles issues de Minecraft. Le concept fonctionna à merveille, si bien que les Nations Unies en entendirent parler et entrèrent aussitôt en contact avec Mojang.

Indius-MinecraftBlock-2

Bon, ce n’est évidemment pas Ban Ki-moon qui s’est dit un matin que jouer à Minecraft dans les bureaux de l’ONU serait une bonne idée. C’est une branche spécialisée dans la rénovation des espaces publics, UN-HABITAT, qui s’est chargée de la mise en relation. Leur rôle est simple : ils modifient les lieux publics en donnant davantage d’espace aux citoyens et réagencent les espaces urbains pour une meilleure cohésion sociale. Une bien longue phrase pour dire que, en gros, les espaces publics ont et ont toujours eu dans notre modèle sociétal une place prépondérante, et qu’il est d’une importance capitale de s’intéresser à leur évolution. C’est sur ces places que l’on installait le Forum et les marchés durant l’Antiquité, et ce sont encore de nos jours des espaces d’évolution, d’échange et de partage. Et puis, merde quoi, on peut avoir la paix quand on joue au foot.

Indius-BlockMinecraft-1

Le principe était ici, au moyen d’un partenariat d’une durée effective de trois ans signé avec Mojang en 2012, d’obtenir le support du groupe suédois pour rénover 300 places publiques d’ici 2016. Markus et sa bande ont immédiatement accepté, le programme Block by Block est alors né. La démarche est sensiblement la même. Des images et plans d’une zone sont partagés avec la communauté de Minecraft, qui la recrée fidèlement en jeu, pour qu’elle soit ensuite sauvegardée et communiquée aux habitants de cette même zone, qui ont ainsi l’opportunité de s’impliquer directement dans la modification de leur espace de vie, en déplaçant simplement les blocs de la zone retranscrite en jeu. Le rendu final de la « map » est ensuite envoyé à un architecte, qui en fera une carte réaliste avant d’entamer les travaux. Quelques lieux se sont déjà essayés à cet étonnant programme, comme Nairobi (Kenya), Kiritpur (Népal) ou Les Cayes (Haïti). Petite remarque intéressante, c’est le collectif anglais FyreUK qui a été sélectionné pour reproduire les lieux dans Minecraft. Pas très étonnant.

Le programme Block By Block a aujourd’hui presque trois ans, bien que les Nations Unies soient officieusement entrées en contact avec Mojang il y a quatre ans, et Pontus Westerberg, membre du groupe UN-HABITAT, confiant il y a quelques jours à Polygon que l’initiative remporte un franc succès et permet notamment de toucher un public jeune, une cible d’ordinaire assez peu intéressée par les soucis de réagencement urbain. Il est par ailleurs intéressant d’observer Minecraft se hisser au-delà du jeu vidéo. Il s’était déjà invité dans nos librairies, nos garde-robes, nos salles de classes, nos hôpitaux et bientôt nos cinémas, et on en vient à se demander où s’arrêtera le succès du mastodonte de Mojang, pourvu de nombreuses vertus thérapeutiques, pédagogiques et ludiques dépassant l’entendement de son créateur, le célèbre Markus, qui s’imagine encore en train de créer Minecraft tout seul dans son petit appartement.

Dans la vie, je m'ennuie. Du coup, j'écris des bêtises sur des jeux qui n'intéressent personne. Pour suivre mes aventures, ça se passe sur Twitter. Tu peux boire mes paroles, mais évite de t'étouffer.