Her Story, quand le joueur est spectateur

indius-her-story-header

Avant toute chose, je vais demander à tous ceux qui ont été joueurs durant les années 1990 de s’attacher à leur chaise et d’essayer de rester calmes. C’est bon ? J’ai une nouvelle pour vous : le Full Motion Video est de retour.

Pour ceux qui ne le savent pas, le Full Motion Video est une technique qui consiste à mettre des vidéos (filmées avec une vrai caméra et des vrais gens devant) dans un jeu vidéo. Cela peut être utile pour les cinématiques par exemple, mais certains studios étaient persuadés, fût un temps, que d’animer leurs personnages in-game en FMV les propulserait dans le futur du jeu vidéo. L’avantage, c’est qu’on a maintenant un jeu avec Jean-Claude Van Damme. Vous comprenez donc bien que quand un certain Sam Barlow a remis le sujet sur la table en demandant si c’était vraiment si ringard qu’on le dit, les personnes présentes ont tout essayé pour le neutraliser. Seulement, le monsieur a un joli CV et, dans un élan d’espoir un peu fou, ils l’ont laissé développer son idée. C’est à peu près comme ça que Her Story a vu le jour.

Le jeu nous présente le témoignage d’une femme, enregistré au cours de plusieurs interrogatoires conduits par la police, suite à la disparition de son mari. Notre rôle est alors simplement de regarder ces vidéos, avec comme seule interaction possible, de taper des mots-clés dans un moteur de recherche. Forcément, on va essayer de comprendre toute cette histoire et on choisira les mots-clés suivant les indices que l’on a pu déceler au fil de ses déclarations, de façon à s’y retrouver parmi les centaines de rush disponibles.

En fin de compte, Her Story prend la forme d’une enquête criminelle et c’est comme ça que Sam Barlow justifie le choix du FMV : il est fasciné par le comportement du public face aux véritables émissions d’enquête, le réflexe qu’ont les spectateurs à juger aveuglément les suspects. La performance d’une actrice en chair et en os (Viva Seifert) apporte alors un réalisme nécessaire pour recréer cette situation. De plus, les vidéos étant, dans l’univers du jeu, considérées comme des vidéos que l’on consulte via un ordinateur, Her Story compose une mise en abîme assez étrange qui contribue à brouiller la frontière entre fiction et réalité.

Par exemple, l’auteur de cette expérience particulière explique profiter du fait que les publications de ce genre de vidéo soient une atteinte à la vie privée pour générer un peu de malaise chez le joueur, et ainsi aller plus loin que la curiosité initiale. Sam Barlow semble avoir beaucoup de choses à raconter avec Her Story, et force est de constater que le choix du Full Motion Video n’est pas qu’une blague de hipster. Si comme à la rédaction cet avant goût vous a donné envie de prendre vous-même une casquette de voyeur, le jeu est disponible dès maintenant pour Windows, Mac et iOS pour moins de 6€.

Bientôt, des chèvres à l'uranium vont nous forcer à fuir dans l'espace. Pour éviter ça, mange des bananes et dis à ta mère de me suivre sur Twitter. Fais-moi confiance, je viens du futur.