Indius à la Paris Games Week

indius-paris-games-week-header

Considéré comme le plus gros salon français du jeu vidéo, la Paris Games Week est avant tout un événement AAA. Néanmoins, il semblerait que cette terre habituellement réservée aux gros seigneurs de l’industrie vidéo-ludique voit des petits bastions indépendants poindre au détour d’un couloir.

Cette édition 2014 de la Paris Games Week est une petite brise de fraîcheur pour le milieu indépendant qui dispose depuis 2013 d’un espace dédié tenu à l’écart de toute l’effervescence des immenses shows de Namco Bandai ou Sony. Un petit coin finalement assez familial avec des stands tout en bois recyclé – indé oblige – et pas trop de monde, ce qui permet de pouvoir essayer les jeux assez facilement et de discuter au calme avec les développeurs. Le bémol dans tout cela, c’est que l’espace est 100% français puisqu’il est nommé à juste titre « Jeux Made In France« . On aurait aimé voir les frontières s’étendre à plus de pays pour une vraie représentation du milieu indie mais l’effort est tout de même louable.

On peut donc croiser au total 24 studios indés français pour plus d’une trentaine de jeux exposés, du connu Swing Swing Submarine (Tetrobot & Co) au plus obscur Hikari 7 (Colorace). Si une bonne partie des titres de cet espace sont déjà sortis depuis quelques temps (Strike Vector, Pix the Cat, Inoqoni…), certains studios nous faisaient l’honneur de présenter des démos exclusives de prototypes. C’était par exemple le cas du studio Area Effect et de son projet sandbox/RPG intitulé Izle ou encore de Goetia, un point’n click à l’ancienne par le studio Sushee dont nous réaliserons des aperçus en direct de la Paris Games Week. Nous avons également pu prendre des nouvelles des différents projets dont nous avions déjà parlé sur Indius comme ce wargame très documenté qu’est War and Battles ou encore l’ambitieux J-RPG Shiness, projets qui semblent évoluer de façon prometteuse à en juger leurs dernières versions de démonstration.

indius-izle-01

Coté gros stands, l’indé est un peu en retrait mais on peut retrouver quelques têtes connues comme chez Sony qui donne une place sur le PSN à Broforce, OlliOlli ou encore à l’étrange mais très bon Nidhogg. Restez aux aguets durant ces prochains jours puisque la Paris Games Week met à disposition des journalistes un espace dédié avec ordinateurs, connexion au net, babes et petits fours : nous pourrons donc écrire tout en étant totalement relaxés.

30/10/2014 : Nous avons pu réaliser un aperçu de Narcosis, un jeu d’exploration horrifique se déroulant dans les profondeurs abyssales des océans.

Je mange casual, je chie arcade, je dors indé.