Inside my Radio

Indius-Inside-My-Radio-ba

« In my mind and in my car, we can’t rewind we’ve gone to far. Pictures came and broke your heart, put the blame on VTR. »

Si vous êtes fidèle à Indius, vous connaissez sûrement Seaven Studio. Il s’agit d’un studio lillois que nous avons pu rencontrer à la Gamescom, puis sur Lille dans le cadre d’une interview, et encore il y a deux semaines. Et il faut avouer que, malgré son jeune âge, le collectif de développeurs formé suite à la fermeture de Hydravision a connu bien des péripéties. Leur premier jeu, Ethan : Meteor Hunter (dont nous vous avons très souvent parlé), récupéré des cartons de Hydravision puis continué en situation indépendante, n’a connu qu’un succès mitigé. 127 ventes en quelques mois, avant la publication d’un post-mortem qui, parce qu’il a été relayé par des grands noms de la presse vidéo-ludique, poussera de nombreux joueurs à s’intéresser à leur histoire. Souvenez-vous, Totalbiscuit avait brisé le site de Seaven Studio en l’espace de quelques minutes avec un simple retweet. Aujourd’hui, le très fourbe Ethan : Meteor Hunter est disponible sur PC et PS3, et se fraye un chemin jusqu’à la portable de Sony, dont il perce le catalogue aujourd’hui-même.

Presque sept mois après la sortie de leur premier jeu, les développeurs de Seaven Studio souhaitent passer à autre chose et planchent sur un nouveau titre. Ils se trouvent aujourd’hui dans une position assez originale, puisque le jeu n’est pas officiellement annoncé, mais fait déjà le tour des salons et passe entre les doigts de dizaines de joueurs. Un statut particulier qui leur permet de mettre toutes les chances de leur côté en essuyant une critique pré-annonce, vitale si l’on souhaite éviter des erreurs bêtes. Nous avions pu y toucher lors de l’Indie Games Play 2, et avons pu remettre la main dessus lors des Digital Fantasies. Montez le son, il est temps de parler d’Inside My Radio !

Indius-Inside-My-Radio-1

Fruit du Ludum Dare 23 et d’après une idée originale de l’équipe TurboDindon, Inside My Radio est un jeu de plateforme rythmique aussi entraînant qu’acidulé. Le jeu original avait remporté la jam haut la main, en décrochant la première place dans les catégories Overall et Audio. Seaven Studio ont donc décidé d’entrer en contact avec TurboDindon, et les deux groupes se sont aujourd’hui alliés pour faire de Inside My Radio un jeu complet. A noter que les membres des deux équipes se connaissaient déjà, puisque TurboDindon est également un ancien de feu-Hydravision. Les choses semblent donc se profiler à merveille pour Seaven Studio, qui a toutes les cartes en main pour faire du prototype original une moulure parfaite. Et je ne dis pas ça uniquement parce que Olivier m’a offert une Nexus 7, je le pense vraiment.

Dans Inside My Radio, le joueur incarne un petit cube vert vivant dans un poste de radio cassé. Il lui incombe alors de le remettre en état, et il devra pour ce faire parcourir les différents niveaux qu’il renferme, qui sont tous influencés par de célèbres styles musicaux. Le jeu comporte par exemple un monde Electro, un autre reprenant les boules à facettes du genre Disco, tout en sachant que l’ambiance visuelle et sonore est à chaque fois différente. On peut espérer pas mal de variété, à en croire les développeurs, ce qui s’annonce d’autant plus intéressant que la bande-son concoctée par Joachim Neuville est tout bonnement géniale, on croirait presque écouter un album.

Indius-Inside-My-Radio-3

L’expérience est très immersive.

Et c’est là que l’expérience prend tout son sens, puisqu’il est inconcevable de s’immerger dans Inside My Radio sans son. Le port du casque est fortement conseillé ! En effet, à l’instar de jeux comme Beatbuddy ou Sound Shapes, que vous avez déjà pu croiser sur Indius, la création de Seaven Studio est basée sur la musique. Seulement, là où la musique est conseillée mais facultative dans un Beatbuddy, elle est indispensable dans Inside My Radio, puisque ce ne sont pas seulement les énigmes ou le décor qui suivent le rythme, mais les déplacements du personnage. Ici, sauts, dashs et autres wall-jumps doivent impérativement être placés en rythme avec le tempo, symbolisé en jeu par les oscillations du personnage et de l’environnement, pour être utilisés. C’est une mécanique de core gameplay, qui justifie les inspirations données par Olivier, qui situe son jeu davantage à la croisée de 140 et Crypt of the Necrodancer que de Beatbuddy ou Sound Shapes. La musique ne sublime pas l’expérience de jeu dans Inside My Radio, elle la crée.

Indius-Inside-My-Radio-2

Partant de cette idée, nos développeurs français ont imaginé toutes sortes de mécaniques secondaires ajoutant de la profondeur au gameplay. Ainsi, il sera possible de créer soi-même son beat, et donc sa manière de jouer (bien que cela reste très limité), dans certaines parties de niveau. On peut à partir de là rêver d’un éditeur de niveau, une hypothétique feature qui intéresse fortement l’équipe, puisqu’elle pourrait inciter les joueurs à créer leurs propres environnements et musiques qu’ils pourront ensuite réimporter dans le jeu.

Si tout cela paraît bien alléchant, il n’est aujourd’hui possible de jouer qu’au prototype réalisé pour le Ludum Dare. Comme nous l’avons explicité plus haut dans l’article, Inside My Radio n’est pas encore officiellement un jeu, et grandit doucement entre les murs des locaux de Seaven. Il est intéressant de constater que les développeurs d’Ethan : Meteor Hunter ont appris de leurs erreurs en terme de communication et de modèle de développement (le jeu étant plus court mais plus soigné qu’Ethan), et prennent aujourd’hui un élan considérable pour impressionner les joueurs. D’ailleurs, cette présentation a peut-être titillé votre curiosité, c’est pourquoi nous vous invitons fortement à suivre Seaven Studio sur Twitter ou leur site officiel, où ils relaieront l’actualité du projet, qui devrait faire l’objet d’une campagne Kickstarter sous peu, une fois que son trailer sera prêt.

Dans la vie, je m'ennuie. Du coup, j'écris des bêtises sur des jeux qui n'intéressent personne. Pour suivre mes aventures, ça se passe sur Twitter. Tu peux boire mes paroles, mais évite de t'étouffer.