Omnibus s’empale dans le pays des rêves

indius-omnibus-header

Apprêtez-vous à découvrir un jeu révolutionnaire, fruit de près de 15 ans de développement et d’un budget colossal, et édité (une fois de plus) par les chanceux de Devolver Digital. Et ils tombent bien, puisque Omnibus, c’est tout simplement Broforce avec des bus.

Bon, j’arrête la blague tout de suite, je vois bien qu’on ne vous la fait pas. La seule chose qui est vraie dans cette introduction, c’est que Omnibus a maturé pendant 15 ans dans la tête de ses créateurs. Ou alors je confonds, la faute à cette patte graphique qui n’émouvrait pas un joueur de Playstation One.

Omnibus, puisque vous êtes là pour en savoir plus, est un jeu un peu frappé qui vous rappellera certainement vos grandes heures sur Crazy Taxi ou Katamari. On y contrôle un bus, qui s’avère en fait plutôt incontrôlable puisqu’il n’y a aucune commande pour le faire ralentir, il est seulement possible de le diriger. Buddy Cops, les développeurs, nous indiquent qu’il est inutile de demander pourquoi le bus est lancé dans une course inénarrable, la raison invoquée n’étant pas compréhensible par des cerveaux humains.

Le but du jeu est tout aussi vague : il faut approximativement rouler sur des trucs, exploser des blocs qui semblent être des bâtiments, ramasser des boulettes qui jonchent le sol… Vous pouvez toujours essayer la démo pour déterminer à quelle dimension on se situe sur une échelle de Goat Simulator à Sylvain Durif.

Omnibus proposera donc une aventure solo et un mode Derby pour jouer jusqu’à quatre en écran scindé. Le jeu a été Kickstarté avec succès l’été dernier, et il sera disponible sur PC à peu près au printemps de notre nouvelle année, qui s’annonce pour le moins… étonnante.

Bientôt, des chèvres à l'uranium vont nous forcer à fuir dans l'espace. Pour éviter ça, mange des bananes et dis à ta mère de me suivre sur Twitter. Fais-moi confiance, je viens du futur.