PIP, no stress

indius-pip-galvanic-1

Vous venez de voir la miniature de cet article en accueil du site, et vous vous demandez si Indius ne se transforme pas en magasin de vente de sex-toys. Non, même si c’est une des solutions envisagées pour faire grimper notre cash flow et avoir un maximum de sous pour conquérir le monde. Mais ce petit bidule ovoïde que vous avez vu n’est pas un appareil utilisable dans des activités réservées aux grandes personnes. C’est tout simplement le résultat d’une campagne Kickstarter pour le PIP, un dispositif conçu par les Irlandais de Galvanic, et que nous avons loupé à l’époque.

Si nous avons totalement loupé le passage du PIP sur Kickstarter, c’est parce que rien à première vue ne laisse penser à un lien avec le jeu vidéo, et encore moins avec le jeu vidéo indépendant. Tranquillement nichée dans la catégorie Hardware du site de financement, la campagne qui s’est achevée le 20 juillet 2013 (pour une somme récoltée de 103916 dollars) concernait un modèle de biosenseur fonctionnant par conductance cutanée et mesurant le niveau de stress de l’individu. Comment ça marche ? Pour reprendre l’explication du Kickstarter, l’état de stress a des répercussions physiques qui impliquent notamment l’activation des glandes sudoripares. Oui, en gros, vous transpirez des aisselles, vous commencez à sentir un peu fort et votre odeur incommode les passagers de la rame de métro dans laquelle vous vous trouvez. Mais c’est aussi bien pratique, puisque le PIP analyse la transpiration de vos doigts, qui modifie votre conductance cutanée. Ce petit appareil se tient entre le pouce et l’index et enregistre ces changements puis, grâce à un algorithme, les convertit pour quantifier votre niveau de stress.

Bon, c’est bien sympa tout ça, mais le rapport avec le jeu vidéo demeure tout de même un peu flou pour le moment. J’y viens. Vous en conviendrez, mesurer son niveau de stress n’a pas grand intérêt en soi. Mais le principe de PIP va justement au-delà de ça, puisqu’il a pour finalité d’apprendre à maîtriser ce stress et à comprendre comment le ramener à des niveaux acceptables. Pour cela, Galvanic a développé trois jeux pour smartphones et tablettes et c’est maintenant que ça devient intéressant, puisque ces trois jeux se contrôlent uniquement grâce au PIP. Voyons cela de plus près !

indius-pip-galvanic-2

Le premier jeu est un jeu de course, Relax & Race, qui oppose deux dragons, et donc deux joueurs, dans des niveaux en scrolling horizontal. Jusque là, rien de bien passionnant. Sauf que Galvanic part du constat que les jeux compétitifs impliquent une forte tension pour les individus et par conséquent une augmentation du niveau de stress. Mais là où d’autres jeux favorisent volontairement ces montées de stress et d’adrénaline, Relax & Race impose de contrôler ce stress, de le ramener à un niveau normal pour prendre de la vitesse et pouvoir dépasser son adversaire. Évidemment, être en deuxième place rajoute une pression, augmente le stress, fait diminuer la vitesse du dragon… En réalité, pas besoin de skill ou de champignon doré pour gagner : soyez zen, inscrivez vous au cours de yoga le plus proche de chez vous et vengez-vous des petits malins qui vous mettent des déculottés à Mario Kart.

Un deuxième jeu s’intitule Lie Detective, une sorte de détecteur de mensonge à l’esthétique très inspirée par le film noir. J’ai toutefois l’impression que c’est le plus limité des trois jeux, puisqu’il sert juste à déterminer si les réponses que vous donnez peuvent être considérées comme fiables ou non, le niveau de stress calculé par le PIP étant lié au mensonge. Mais bon, ça en fait juste un gadget pour un Action & Vérité high-tech. Ou alors ça peut servir d’entraînement dans l’éventualité d’une garde à vue. Je ne vous juge pas, chacun ses occupations !

indius-pip-galvanic-3

Le dernier jeu lié au PIP est plus poétique et contemplatif que ses deux congénèresThe Loom, puisque tel est son titre, offre un paysage bucolique aux yeux du joueurs : un arbre plusieurs fois centenaire, un petit ruisseau, une prairie verdoyante… Mais c’est sur ce paysage que vous allez pouvoir agir, toujours grâce au PIP et à votre niveau de stress, ce dernier influençant le passage des saisons sur ce tableau. Apaisés, vous verrez l’été étaler ses rayons sur les feuilles des arbres. Mais si le PIP détecte de la tension en vous, les feuilles ne tarderont à jaunir et à tomber, jusqu’à ce que la neige recouvre tout et que le ruisseau gèle. Réussissez à vous calmer, et vous assisterez à la fonte des neiges, à l’éclosion des fleurs jusqu’au retour de l’été. Plus une expérience esthétique qu’un véritable jeu, il ouvre toutefois un certain nombre de perspectives pour le PIP dans le jeu vidéo.

Le dispositif fait moins de bruit et est forcément moins impressionnant que la réalité virtuelle, mais il présente un certain nombre de possibilités intéressantes, notamment en termes d’immersion. Les jeux présentés ci-dessus ne sont que des prototypes permettant de faire la démonstration du fonctionnement et des capacités de l’outil de Galvanic, mais imaginez maintenant des jeux plus poussés. Un survival-horror par exemple, où un niveau de stress élevé pourrait pousser votre personnage à faire plus d’erreurs, à respirer plus bruyamment et par conséquent à être plus détectable. Ou alors un RPG où la puissance des attaques sont liées au stress du joueur : le mage pourrait lancer des sorts plus puissants à partir du moment où le joueur est calme et un guerrier pourrait à l’inverse demander une très forte tension pour déployer le maximum de ses capacités physiques. Pour l’instant, le prototype ne fonctionne que sur iOS et Android, mais le support de Windows, Mac OSX et des consoles devrait être ajouté au cours du développement. De même, aucune date de commercialisation n’est vraiment prévue même si Galvanic réfléchit actuellement à un système de précommandes. En tout cas, soyez sûrs qu’on ne manquera pas de s’intéresser aux jeux qui utiliseront les possibilités offertes par le PIP !

On raconte que les membres de la secte Indius ne sortent que les soirs de pleine Lune pour dévorer l'âme des gens qui mettent encore un S à jeux vidéo.