Chaos : In The Darkness

indius-chaos-header

Depuis le temps qu’on couvre le développement de Chaos : In The Darkness, un RPG réalisé par les petits gars de chez 4Realms, il était temps qu’on pose enfin nos sales pattes dessus. Entré en bêta fermée il y a quelques semaines, on a pu tester la bestiole et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a encore pas mal de taf.

 

indius-chaos-03

Un jeu fourre-tout

Mélangeant plusieurs types de jeux comme le RPG, le MOBA ou encore le rogue-like et en y ajoutant une dimension coopérative au sein de donjons sinueux blindés de loot, Chaos semble avoir tout pour plaire. Si son scénario à base d’heroic-fantasy apocalyptique n’est pas le point fort du jeu, le studio 4Realms a plutôt mis un point d’honneur à vouloir développer un gameplay complet, comme on a pu le voir dans leurs différents communiqués. Malheureusement, bien que sur le papier tout semble mirifique, dans la pratique c’est encore hasardeux à commencer par des graphismes 3D sortant tout droit d’un autre âge, malgré la ribambelle de mises à jour visuelles. Néanmoins, d’excellents jeux se sont construits en faisant l’impasse sur les graphismes et il serait réducteur de taper gratuitement sur Chaos en jugeant uniquement sa plastique. Il faut aussi se rappeler que nous sommes en face d’une bêta et que beaucoup de choses peuvent encore changer. C’est donc du coté du gameplay qu’il faut fouiner, 4Realms s’étant surtout appliqué à proposer quelque chose d’abouti.

 

Gameplay bourrin

indius-chaos-01Chaos propose un système de parties uniques, le but étant de parcourir un donjon généré aléatoirement afin de combattre des hordes de monstres et protéger le Cristal, structure minérale magique que les forces maléfiques veulent détruire afin d’avancer dans leur quête de destruction du monde. La progression au sein du donjon s’articule ainsi autour d’un timing, la santé du Cristal : si celle-ci tombe à zéro, la partie est terminée et tout espoir est perdu. Il faudra donc nettoyer méticuleusement le donjon pour prévenir toute attaque et affronter un boss final, l’Avatar du Chaos, sa mort signifiant la victoire pour le groupe d’aventuriers et la fin de la partie. Mais si le donjon a pour vocation d’être éphémère, le loot et l’expérience seront conservés tout au long des différentes sessions de jeu, via un inventaire général et un Skill Book regroupant toutes sortes de pouvoirs, customisables grâce aux points d’expérience accumulés au fil des donjons.

 

Captivant, non. Ennuyant, oui !

Seulement voilà, si ce terreau est favorable à l’émergence de belles pousses, ce qui en sort vraiment ne fait pas tellement envie. Bien que Chaos propose un choix varié de personnages à incarner, des donjons aléatoires et des mécaniques de gameplay intéressantes, le jeu se borne à rester générique voire désespérément simpliste. Les combats sont ennuyants au possible puisqu’il suffit de rester sur place avec la touche d’attaque principale enfoncée tout en activant à la chaîne diverses compétences spéciales. Le problème c’est que pour chaque genre de personnage, ce schéma est déclinable. Ainsi, pour un healer comme pour un archer, la stratégie gagnante consistera à rester planté à distance pour activer des compétences de soin ou d’attaque et un tank fera de même avec des assauts au corps à corps. L’IA des ennemis ne dépassant pas le QI d’une larve anémique, il suffira généralement de s’éloigner de quelques mètres pour disparaître de la mémoire des mobs et ainsi refaire tranquillement le plein de santé pour retourner aussi sec au combat. En ajoutant un level-design construit selon un modèle cloisonné de salles-couloirs (en partie voulu à cause d’une génération aléatoire), on obtient en fin de compte un résultat plus que discutable. Tout cela manque cruellement de dynamisme ou de tactique et l’on se retrouve à glisser dangereusement du coté du hack’n slash de mauvais facture malgré tout le travail effectué pour s’en éloigner.

Impressions

Impressions Chaos : In The Darkness : Moyen Moyen

Chaos avait tout d'un jeu qui s’annonçait passionnant mais la beta fait malheureusement l'effet d'un joli ballon qu'on dégonfle soudainement. Certains n'iront pas plus loin que l'ambiance graphique du jeu : textures de piètre qualité souvent trop sombres, animations tellement ratées qu'elles en deviennent comiques et absence de réelle identité globale. Ceux qui arriveront néanmoins à faire l'impasse se casseront finalement les dents sur un gameplay relativement faiblard pour le moment, malgré quelques bonnes idées. 4Realms a encore pas mal de travail pour rendre Chaos intéressant plus d'une heure, reste à voir si le studio arrivera à transformer l'essai avant la sortie du jeu.

Je mange casual, je chie arcade, je dors indé.