Hover : Revolt Of Gamers

indius-hover-2

Hover : Revolt of Gamers est un jeu de parkour développé par Fusty Game, publié par Midgar Studio et fraîchement arrivé en Accès Anticipé sur Steam. Les studios prennent pourtant des risques avec cette habitude de l’Accès Anticipé : si trop de projets aboutissent à des échecs, trop de joueurs seront frustrés. On verrait alors se développer une haine du grand public contre les jeux vidéo, et le gouvernement interdira notre loisir ! Mais n’ayez crainte, Indius luttera toujours contre cette méprise ! Comment, c’est n’importe quoi ?

 

indius-hover-4

Pète cette radio

Dans une ville futuriste où les autorités diffusent une propagande contre les jeux vidéo et où une armée de robots fait respecter la loi, un groupe de Gamers se bat contre la dictature. Le scénario est posé mais nous n’auront pas plus d’éléments scénaristiques aujourd’hui, cette version alpha de Hover ne s’appliquant qu’à présenter le gameplay du titre. Après une insupportable création de personnage et un petit tutoriel, nous sommes vite lâchés dans une ville open-world qui semble assez impressionnante. Tout l’intérêt du titre tient dans la manière dont on va se déplacer dans cet environnement en 3D. En effet notre héros porte une combinaison high-tech faisant de lui un humain augmenté, ce qui va nous permettre d’effectuer toute une panoplie de mouvements acrobatiques. À la manière d’un Mirror’s Edge non linéaire, le jeu consiste à courir partout en profitant de sauts très permissifs. Il est également possible de grinder certains rebords, une mécanique qui rappellera Jet Set Radio, dont est directement inspiré Hover. Contrôler notre justicier gamer se révèle plutôt rigolo, mais le level-design mériterait d’être amélioré pour vraiment servir le gameplay. La ville présente des embranchements complexes qui donnent envie de tout voir, mais certaines zones sont inutilement enclavées. Très grandes et possédant très peu d’accès aux quartiers voisins, elles sont frustrantes à parcourir et imposent souvent de faire des détours. Le grind est quant à lui sous-exploité, les rebords qui permettent d’en faire usage étant clairsemés et terriblement banals.

 

Le bord du miroir

indius-hover-3

En plus de la promenade (sportive), Hover propose déjà quelques missions complètement inintéressantes, à savoir du time trial sans contexte, des allez-retours sur 20 mètres et des trucs à collecter. Si vraiment vous y tenez, il est tout de même possible de les remplir en multijoueur compétitif ou coopératif et aussi d’en créer soi-même. Fusty Game a également eu la bonne idée de faire une interface en réalité augmentée à la Borderlands mais qui, non contente de saccager les menus (oui, pire que dans Borderlands), rend en plus certaines indications illisibles. D’autres problèmes plus techniques viennent ternir cette version alpha, comme le FOV (Field of View) limité à 90 degrés, ce qui est assez peu dans un jeu basé sur l’analyse de son environnement et qui plus est compatible avec l’Oculus Rift. Cela pourrait être acceptable pour jouer à la manette, mais la sensibilité au joystick est très faible et non ajustable, c’est donc là aussi injouable. On peut encore lister un framerate maigrichon, des textures pauvres et des passants clippés qui apparaissent à cinq mètres pour conclure sur ce que propose Hover : une bonne idée, mais une réalisation beaucoup plus décevante.

Impressions

Impressions Hover : Revolt Of Gamers : Mauvais Mauvais

L'expérience de parkour que propose Hover : Revolt of Gamers est plaisante, mais cet Accès Anticipé semble avoir été lancé de manière trop hâtive. Entre un contenu quasi-inexistant et une technique non aboutie, on se contentera dans la version actuelle de sauter partout dans la ville en profitant de la direction artistique particulière. On a finalement un peu l'impression d'être retournés dans les années 2000 et d'avoir entre les mains une démo offerte dans un paquet de céréales.

Bientôt, des chèvres à l'uranium vont nous forcer à fuir dans l'espace. Pour éviter ça, mange des bananes et dis à ta mère de me suivre sur Twitter. Fais-moi confiance, je viens du futur.