Out There

indius-out-there-header

La beta de Out There est lancée depuis quelques temps, intéressons-nous donc plus en profondeur au titre de Mi-Clos Studio (et FibreTigre), déjà connu pour Space Disorder sorti en 2012. DehiXeM nous accompagne également en vidéo pour plus de détails.

Out There, c’est un peu comme le Vendée Globe, le bateau étant remplacé ici par un vaisseau spatial et l’eau par l’immensité du cosmos. Le jeu nous plonge dans la peau d’un astronaute perdu au fin fond de l’espace à cause d’un accident. Aux commandes d’un petit vaisseau et ayant récupéré une technologie avancée de voyage ultra-rapide auprès d’une entité extra-terrestre, vous devrez sillonner l’univers à la recherche de tous ses trésors, tout en maintenant votre vaisseau de métal en état de marche et votre carcasse de chair en vie.

indius-out-there-04

Out There se veut calme et contemplatif puisqu’il n’y a aucun combat ou stratégie de destruction au programme. En effet, le jeu met l’accent sur notre curiosité à découvrir une pléthore de systèmes solaires, eux-mêmes remplis de planètes à explorer. En fait, la principale source de conflit auquel le joueur sera confronté est son propre vaisseau. Et oui, pour bourlinguer tranquille à travers les astres il faut une sacrée carlingue en parfait état de marche, sinon c’est un coup à se retrouver perdu sur un bout d’astéroïde, planté à faire du stop. Vous aurez donc tout un tas d’instruments de bords divers et variés afin de vous diriger dans l’espace, forer le sol d’une planète ou encore améliorer le vaisseau.

Chaîne Youtube de Dehixem

En parallèle à toutes ces considérations techniques, beaucoup d’événements aléatoires viendront perturber votre voyage afin de rajouter du piment à l’aventure, ou tout simplement la clôturer de façon prématurée. C’est là qu’on se rend compte que Out There est plutôt construit comme un visual-novel au niveau des interactions avec l’histoire : un événement arrive sous forme de texte, quelques choix rapides vous sont proposés et le jeu reprend, avec les conséquences directes de votre choix, bonnes ou mauvaises. Vous vous souvenez des « Livres Dont Vous Êtes Le Héros » ? C’est un peu pareil ici.

indius-out-there-01

Partant de toutes ces mécaniques de gameplay, Out There se prête donc beaucoup au hasard et à la pertinence des choix du joueur : est-il plus intéressant d’aller explorer cette dangereuse étoile pour récupérer tout de suite du carburant ou vaut-il mieux forer cette planète afin de trouver un métal précieux pour construire un équipement décisif ? Ajoutez à cela le fait que vous jouez « sans filet » (pas de sauvegarde possible) et vous comprendrez aisément que dans Out There, le game over est monnaie courante, pour des dizaines de raisons différentes. Au début ce sera à cause de votre gestion médiocre du carburant : goûtez aux joies de la dérivation éternelle dans espace. Après ce sera parce que l’approche d’une étoile était trop risquée : un beau feu d’artifice pour extra-terrestre.

indius-out-there-03

Mais si le jeu est aussi punitif, c’est pour mieux vous inciter à recommencer une partie pour améliorer vos choix et votre gestion du vaisseau, et ainsi aller plus loin dans l’aventure, découvrir encore plus de choses. On pourrait tout de même regretter que la gestion du carburant soit aussi prédominante dans le gameplay : perdre une partie de 40 minutes juste parce qu’on a plus d’huile à mettre dans le moteur est assez frustrant, surtout pour un jeu qui se veut contemplatif. Mi-Clos Studio promet tout de même beaucoup d’améliorations tant au niveau de l’histoire que du gameplay et ces futurs ajouts ne peuvent que renforcer un jeu déjà solide, bien qu’encore en beta.

Out There est actuellement en vente à 3,99 $ sur le site du jeu et est disponible sur Android dans un premier temps puis le sera ensuite sur iOS, Windows et Mac.

Impressions

Impressions Out There : Très Bon Très Bon
Je mange casual, je chie arcade, je dors indé.