Indé-chiffrable – retour sur le mois de novembre

indius-indechiffrable-ba

Bienvenue dans Indé-chiffrable, notre nouvelle chronique mensuelle consacrée aux chiffres du monde du jeu vidéo indépendant. Meilleures ventes, Kickstarters à succès, gros bides, analyses statistiques sur la consommation de Doritos chez les gamers, vous saurez tous les chiffres marquants du mois écoulé. Histoire de claquer le bec de votre paternel lors du repas de famille dominical, lorsque celui-ci fait remarquer que vous perdez votre temps devant des jeux vidéo, plutôt que de reprendre vos études d’économie.

 

The Binding of Isaac: Rebirth dépasse les 65.000 joueurs simultanés sur Steam

isaac-ventes

Source : SteamCharts

Le jour de sa sortie, le remake de The Binding of Isaac (lire notre test) a explosé les compteurs avec pas moins de 65 836 sur Steam. Sautant directement à la cinquième place du jeu le plus joué, il a dépassé (temporairement) des mastodontes tels que Civilisation V, Skyrim ou encore le dernier Call of Duty. Et même si les chiffres sont un peu redescendus depuis, il reste confortablement installé dans le top 15 de Steam, où il est le jeu indépendant le plus joué du moment. Quelles leçons tirer de tout ça ? Premièrement, il convient de saluer le chemin parcouru par les jeux indépendants ces dernières années. Qui aurait pu imaginer en 2000 qu’un vieux barbu développant des jeux Flash dans sa chambre viendrait faire de l’ombre à Ubisoft ou Electronic Arts ? Au-delà, on peut s’interroger sur les causes de son succès commercial (en dehors du fait que c’est un excellent jeu). Critiqué par certains pour son manque de nouveautés par rapport au jeu de base, force est de constater que cela n’a pas nuit à ses ventes, bien au contraire. Sa base de fidèles fans et son image reconnue (son “branding” diront les marketeux) ont clairement joué en sa faveur. C’est une excellente illustration de la puissance commerciale des franchises en jeu vidéo, ce que les éditeurs de jeux AAA ont compris depuis un moment. On attend de pied ferme The Binding of Isaac 12 : Mommy Strikes Again en 2023.

 

Ron Gilbert lève plus de 400.000$ pour Maniac Mansion 3

Thimbleweed

Difficile de passer à côté, c’est LE gros carton du moment sur Kickstarter : Ron Gilbert et Gary Winnick, anciens de Lucasfilm Games et papas (no homo) de Maniac Mansion, un des tout premiers jeux d’aventure graphique « modernes » (entendre par là doté d’une interface point and click et d’une bonne dose de second degré) se lancent dans la création d’une suite, presque 30 ans (!) après la sortie de l’original. Une suite très fidèle s’il faut en croire le pitch de Thimbleweed Park (c’est son petit nom), qui joue à 200% la carte de la nostalgie, pour le meilleur et pour le pire. Les mauvaises langues (dont nous faisons occasionnellement partie) se demanderont comment on peut dépenser des centaines de milliers de dollars pour développer un jeu aux graphismes sortis tout droit des années 80 (on a notre petite idée sur la question). Toujours est-il que cette campagne prouve que Kickstarter reste un moyen idéal pour un développeur jouissant d’une bonne réputation de lever des fonds conséquents.

 

Les chiffres arrangés des éditeurs de jeux vidéo

SELL

Le monde du jeu vidéo a ceci de remarquable que la quasi-totalité des études et des chiffres sur l’état du marché nous viennent tout droit des éditeurs. C’est un peu comme si le MEDEF annonçait chaque année les chiffres de la croissance en France. Dernier exemple en date : une étude du Syndicat des Éditeurs de Logiciels de Loisirs (le SELL, qui organise notamment la Paris Games Week) publiée en octobre présentant « l’essentiel du jeu vidéo en France ». Dans celle-ci, on apprend notamment que le gamer français moyen a 35 ans et a autant de chances d’être une femme qu’un homme. Ces chiffres ont largement été relayés dans la presse, sans le moindre examen, à l’exception notable de nos collègues youtubeurs Un Drop Dans La Mare (mangez-en, c’est du bon). Ceux-ci relèvent fort à propos un certain nombre d’incohérences dans la méthodologie adoptée par le SELL, par exemple l’omission de la tranche d’âge 5-9 ans dans le calcul de la moyenne mentionnée plus haut. Un « oubli » qui a pour effet de remonter l’âge moyen du joueur  dans le but présumé de présenter le jeu vidéo sous un meilleur jour. Du coup on se dit que dans l’indé, on se passe très bien de ce genre d’éditeurs, merci.

 

Un nouveau départ poussif pour Ashen Rift sur Kickstarter

ashen_rift_kicktraq

Source : Kicktraq

Rappelez-vous, avant qu’on vous en parle à l’occasion de son nouveau Kickstarter, Ashen Rift avait déjà tenté sa chance sur la plate-forme de financement participatif, ne réussissant à récolter que la moitié des 45.000 dollars canadiens espérés. Suite à cet échec, l’unique développeur (!) à l’origine du projet avait alors annoncé qu’il reviendrait mieux préparé, et c’est précisément ce qu’il a fait. Nouvelle vidéo et multiples citations de gros sites d’actualité vidéoludique à l’appui, il espère cette fois-ci récolter non plus 45 mais 85.000 dollars canadiens. Avec encore un mois complet au compteur, les jeux sont loin d’être faits, mais force est de constater que le lancement de la campagne est plutôt tranquille, avec moins de 20.000 dollars canadiens récoltés en un peu moins de deux semaines. Espérons voir surgir un élan de soutien dans le mois qui suit. Sachez d’ailleurs qu’Ashen Rift disposera d’un moteur physique avancé permettant de magnifiques animations de testicules de chien. Si ça ne suffit pas à vous convaincre, je ne sais franchement pas ce qu’il vous faut.

 

Shovel Knight creuse l’écart

shovel_knight_sales.jpg:large

Les développeurs derrière un des plus gros succès indé de cette année, le bien nommé Shovel Knight, ont récemment annoncé fièrement que leur bébé s’était vendu à plus de 300.000 copies, un peu plus de cinq mois après sa sortie. Pour vous donner un point de référence, les jeux indé les plus populaires tels que Limbo ou Super Meat Boy se vendent à peu près à un million d’unités. Plutôt pas mal donc pour un jeu de plate-formes en 8-bit, en forme d’hommage aux classiques de la NES. Surtout quand on pense que le jeu n’a jamais encore été soldé. Fini les pâtes au beurre, Yacht Club Games va enfin pouvoir mériter son nom.

 

L’impact des listes de souhaits sur la vente de jeux Steam

Steam1

Lars Doucet, développeur indépendant et notamment créateur du RPG / tower defense Defender’s Quest, a récemment pondu un pavé fort intéressant détaillant les effets de la récente mise à jour « Découverte » sur les ventes de son jeu, en particulier à l’occasion des soldes saisonnières. On y découvre plusieurs choses intéressantes, comme par exemple que ses ventes en temps « normal » (hors des périodes de soldes) ont quadruplé depuis la mise à jour de septembre (un effet qui n’a cependant pas été ressenti par d’autres développeurs indé). Plus marquant encore est le fait que 50% des ventes réalisées lors des soldes d’automne provenaient de personnes ayant déjà marqué le jeu dans leur liste de souhaits. Depuis la mise à jour Découverte, ceux-ci figurent en effet de manière proéminente dans votre liste des jeux conseillés, particulièrement lors des soldes. C’est le moment de faire votre liste pour le père Noël.

 

C’est tout pour cette fois-ci, rendez-vous en 2015 pour une nouvelle fournée de chiffres.