Xbox One VS Indies

indius-xbox-one-VS-Indies-banniere

C’est à priori mal barré pour le développement indépendant sur la future Xbox One, Microsoft multipliant les annonces douteuses au fil des mois, au point où des grands noms de l’indé en viennent carrément à laisser tomber leurs projets sur la future console – le cas de Two Tribes (Edge, Toki Tori) – ou à titiller la firme américaine sur les réseaux sociaux, comme Phil Fish. Que fait donc Microsoft avec sa politique, pour le moins surprenante, concernant les jeux indépendants, en particulier sur sa prochaine console ?

Une nouvelle déplaisante est tombée il y a quelques jours : la suppression sur la Xbox One du Xbox Live Indies Games mais aussi et surtout du Xbox Live Arcade, qui vu naître des titres comme Braid, Limbo ou Super Meat Boy. Tous les jeux seraient ainsi mélangés dans une future catégorie unifiée, sans distinction de genre. Exit donc le « label » indépendant et la facilité de publication sur la future console. Couplé à cela, Microsoft a déclaré qu’il ne laissera toujours pas les indépendants s’auto-éditer sur la future Xbox One, alors que Sony le permet depuis longtemps sur le Playstation Store. Deuxième coup dur après que Microsoft ait déjà annoncé il y a quelques mois l’abandon du suivi du XNA Game Studio, un kit de développement allégé, conçu principalement pour les indépendants.

indius-xbox-one-VS-Indies-XBLIG

Microsoft avait pourtant amorcé une politique encourageant le milieu indépendant, lancée dès 2004 avec le XBLA, apparu sur Xbox puis sur Xbox 360, fin 2005. Même si le système était abordable pour les petits développeurs, il était surtout destiné aux majors de l’industrie du jeu vidéo, afin de favoriser la création de mini-jeux à prix réduits. Les indépendants ont tout de même apprécié ce système pour sa visibilité console, mais il était encore difficilement accessible, la faute à un point particulier de la politique de publication sur le XBLA : l’obligation d’être lié à un éditeur tiers avant d’être publié. Cela empêchait donc l’auto-publication et une bonne partie de la scène indé restait ainsi invisible, par manque de moyens financiers ou d’investissement administratif.

Afin de palier à cela, une catégorie spécialement dédiée aux jeux indépendants, le XBLIG, est apparu en 2008, et permet aux développeurs de distribuer directement leurs créations sur Xbox 360, en évitant le fastidieux processus de publication et l’éditeur tiers. Sur Xbox One, en mixant ces deux catégories au sein d’une seule, le système englobera désormais aussi bien un RPG épique de 50 heures à la Skyrim, qu’un puzzle-game complexe style SpaceChem. La suppression du XBLIG signifierait aussi l’arrêt du semblant d’auto-publication existant aujourd’hui et la situation ne s’arrangera pas dans le futur, puisque l’annonce du maintien de cette politique de publication restrictive sur Xbox One est tombée il y a quelques jours.

Si Microsoft ne s’explique pas sur ce point particulier, la firme américaine se défend concernant la fermeture du XBLA/XBLIG, en expliquant que la stratégie visée serait d’améliorer la visibilité de tous les jeux, quels qu’ils soient. Compte tenu de la politique actuelle du marché, on imagine tout de même mal un Terraria en tête de liste à la place d’un Call of Duty

indius-xbox-one-VS-Indies-XNA

On pourrait croire que fermer ces deux services est le point de départ d’un renversement de situation vis-à-vis des indépendants sur la future Xbox One, mais un événement avait déjà secoué un peu la fourmilière indé, et pas seulement dans l’univers console… Quelques temps avant le lancement du XBLIG, Microsoft dévoilait en 2007 un outil fort sympathique : le XNA Game Studio. Pensé pour être beaucoup plus simple d’utilisation et plus ergonomique que le gros DirectX, XNA permet un développement plus accessible d’un jeu sur Xbox 360 et Windows (XNA est aussi utilisé sur Zune et Windows Phone). Avec ce kit, la firme de Redmond avait à l’époque ouvert les portes à toute une flopée de petits développeurs indépendants, en leur donnant des outils adaptés et en leur offrant également la possibilité d’une visibilité sur console. Des titres comme Bastion, Capsized, Fez ou encore Terraria sont par exemple développés grâce à cet outil.

L’annonce il y a quelques mois de l’abandon du suivi de XNA a donc créé un choc chez les petits développeurs, qui voient s’envoler un outil qui avait su évoluer intelligemment, principalement pour la scène indé. Suite à cette bien mauvaise nouvelle, Microsoft n’a pas annoncé la création d’un autre outil de remplacement, à part « une unification de DirectX ».

indius-xbox-one-VS-Indies-journey

The Journey, un titre indépendant phare sur le PSN.

Parallèlement à cette descente aux enfers côté Microsoft, chez Sony on semble au contraire faire le chemin inverse. À l’époque déjà, le problème pour les indépendants de passer par un éditeur tiers sur Xbox avait bien été compris, et la firme nippone avait décidé de s’affranchir de cette lourdeur administrative pour la PS3, en permettant aux développeurs de s’auto-publier librement sur le PSN. Sony donne même la possibilité à certains développeurs de profiter du programme Pub Fund, lancé en 2009, qui permet d’avancer le financement d’un jeu en échange d’un contrat d’exclusivité, temporaire ou non. C’est ainsi que des jeux comme Burn Zombie Burn ou le plus récent Papo & Yo ont pu voir le jour plus vite sur console, les développeurs avortant par exemple un passage par Kickstarter.

Depuis les annonces décevantes de Microsoft, Sony est actuellement en train de surfer sur la vague en multipliant d’abord les services sur PS3, comme la création le mois dernier d’une catégorie « Indie Games » sur le PSN, puis en annonçant une pléthore de jeux indé, non seulement sur PS3 et PS Vita mais aussi sur la future PS4. On verra donc apparaître des titres comme Primal Carnage : Genesis ou encore The Witness sur PS4 et même un Limbo sur PS Vita.

La PS4 va d’ailleurs accueillir un outil de choix pour le développement de jeux indépendants : Unity (déjà présent sur PS3), le célèbre moteur de création de jeu, responsable entres autres de Kentucky Route Zero ou Air Buccaneers. Que du lourd pour Sony en ce moment.

indius-xbox-one-VS-Indies-01

Abandon d’outils facilitant le développement, politique de publication complexe maintenue, suppression de visibilité sur la prochaine Xbox One… Comment Microsoft a pu en arriver là, étant « supporter » depuis quelques années du milieu indépendant et tout de même pionnier du mouvement sur console ? Le délaissement progressif des développeurs indé par Microsoft, s’il n’est pas forcement grave, est surtout regrettable pour la diversité de la scène indé, mais heureusement Sony semble vouloir combler ce vide.

Il y a quelques jours, Microsoft a timidement annoncé un « programme de création », spécialement conçu pour les indépendants sur la prochaine console, mais on n’en sait pas plus… Le mal est déjà fait et tenter de faire machine arrière pour convaincre des développeurs déjà déçu va être compliqué. Alors, Sony, terre d’exil pour les indépendants ?

Je mange casual, je chie arcade, je dors indé.