Titan Souls

Indius-Titan-Souls-ba

Fort du succès de l’excellent Titan Souls réalisé pendant la Ludum Dare 28 en décembre 2013, le trio gagnant de la partie Jam (Mark Foster, David Fenn et Andrew Gleeson) a fondé le studio Acid Nerve et planchait sur une version complète du jeu, récemment sortie sur PC, Mac, PS4 et PSVita. La première version et sa simplicité nous avaient totalement conquis, mais le constat est bien plus mitigé pour cette nouvelle mouture.

 

indius-Titan-Souls-1

Praise the Sun

Simple et efficace, voilà comment on pouvait décrire le prototype de Titan Souls. On y incarnait un petit personnage perdu dans un immense décor, vidé de toute humanité. Aucun souvenir de notre passé, aucune indication. En trifouillant les boutons, on découvrait les deux seules commandes du jeu : faire une roulade et tirer une flèche. Une seule flèche, qu’il fallait récupérer au sol pour pouvoir s’en servir à nouveau. La version complète du jeu démarre exactement pareil, sauf qu’après quelques galipettes, une grande porte se dresse devant nous et s’ouvre en quelques secondes. Héros de jeu vidéo oblige, le premier réflexe idiot de notre personnage est de la traverser. Pauvre de lui, il ne sait pas ce qui l’attend de l’autre côté.

Derrière cette première porte se dresse un ensemble de Titans qu’il faut vaincre successivement afin d’en récupérer les âmes, et c’est tout. Titan Souls est une suite de 19 boss qu’il faut affronter (à peu près) dans l’ordre qu’on veut avant d’accéder au dernier d’entre eux et de terminer l’aventure. Les boss sont répartis dans des zones différentes (glace, lave, forêt) et accessibles via des portes ouvertes dans l’environnement. C’est là que ressort le premier défaut du jeu : dans Titan Souls, on passe le plus clair de son temps à marcher. Les boss sont généralement assez loin les uns des autres, et ce positionnement force le joueur à observer durant de longues minutes un décor en pixel-art qui manque d’identité. Souvent comparé à Zelda et Shadow of the Colossus pour son gameplay, Titan Souls n’a malheureusement pas autant de cachet que ses principales inspirations. On a tout le temps l’impression de se balader dans une suite de tilesets aux ambiances et couleurs prédéfinies, sans pouvoir contempler quoi que ce soit. C’est un peu dommage, dans un genre de jeu où l’environnement est si présent. Mention spéciale aux musiques, qui sauvent un peu les phases d’exploration en prenant nos oreilles en otage.

 

La mort dans la peau

Indius-Titan-Souls-2La randonnée, c’est chouette, mais le gros argument du jeu reste ses combats de boss. À ce niveau, c’est pas mal pensé. Les multiples boss proposent des challenges différents et exploitent ingénieusement la mécanique de la « flèche solitaire ». Le tutorial nous chatouille, mais nos adversaires se défendent de mieux en mieux et amènent des phases d’analyse Die & Retry très intéressantes. Après s’être fait broyer deux-trois fois par le même boss, on commence à connaitre ses patterns, et ses points faibles ressortent aussitôt. La variété fait plaisir à voir… pendant une heure. En effet, une impression de déjà-vu se crée au fur et à mesure de l’aventure, et donne même l’impression que certains boss sont là pour combler des vides. Par exemple, vers la fin du jeu, un boss reprend le même pattern et le même look qu’un des boss du tutorial. Sur une vingtaine de boss représentant à eux seuls l’un des atouts majeurs du jeu, il est malheureux d’avoir l’impression de faire plusieurs fois la même chose.

 

Indius-Titan-Souls-3

Titan saoule

Mais Titan Souls ne déçoit pas juste à cause de sa répétitivité ou ses décors vides. Ce sont malheureusement des défauts mineurs, accentués par le Die & Retry. Forcément, si l’on passe le plus clair de son temps à mourir et qu’il faut marcher pendant 45 secondes pour combattre le boss une nouvelle fois, la frustration ressort. Titan Souls est difficile, mais surtout inutilement punitif. Certaines décisions prises par Acid Nerve amènent le joueur dans des phases de jeu irrégulières et injustes. Comme si la défaite face à un boss ne suffisait pas, il faut constamment subir une cinématique trop longue et une minute de marche dans un environnement trop grand avant de se reprendre la fessée. Sur un jeu de jam, ça passe. Mais pendant trois heures de jeu payées 14.99€, c’est un peu plus douloureux.

 

Titan Souls est disponible chez notre partenaire GamesRocket au prix de 11.95€.

L'avis de la Rédac

5

Parfois enchanteur mais rarement plaisant, Titan Souls a du mal à nous charmer. La version Ludum Dare avait l'avantage d'être courte, mais le jeu complet étire le principe de base sur quatre longues heures sans réelle nouveauté. Le challenge proposé par les boss est gâché par des phases de jeu ou trop lentes, ou trop punitives. À conseiller aux amateurs de boss-fight corsé, mais il vaut mieux attendre une réduction.

Les Plus Les Moins
  • La variété des boss
  • Un principe clair et limpide
  • Challenge bien présent
  • L'excellente OST
  • Des phases de jeu trop brouillon
  • L'univers, aussi vide que quelconque
  • Un temps de respawn bien trop long
  • Fini en 3 heures
  • Le scénario, anecdotique
Dans la vie, je m'ennuie. Du coup, j'écris des bêtises sur des jeux qui n'intéressent personne. Pour suivre mes aventures, ça se passe sur Twitter. Tu peux boire mes paroles, mais évite de t'étouffer.