Trine 3 : The Artifacts of Power

Indius-Trine-3-ban

Quand Frozenbyte a annoncé Trine 3 début mars, c’était la surprise générale. On ne s’attendait pas vraiment à un nouveau volet pour l’une des licences les plus positivement accueillies des dernières années. Une sortie en Accès Anticipé laissait cependant planer le doute, surtout avec très peu de mises à jour de contenu en quatre mois. Près de deux ans après Trine 2, n’était-ce finalement pas un peu trop tôt ?

 

2015-08-23_00002Un gameplay tout en profondeur…

Au lancement du jeu, ce doute qui troublait l’esprit s’envole. L’écran-titre est, comme à l’habitude de la série, jouable et met à profit la nouvelle mécanique du jeu : la profondeur. Car c’est au final l’un des arguments de vente principaux de cette suite, vanté dans les trailers du jeu comme une révolution. Bien sûr, Trine 3 est aussi beau que son prédécesseur et son ambiance est toujours excellente. On se croirait dans un conte de fées (dans lequel on plonge littéralement dans l’un des plus beaux niveaux du jeu, The Chronicles of a Guardian) duquel on n’aurait jamais envie de sortir.

Mais la notion de profondeur est une évolution tellement naturelle à la série qu’on a l’impression qu’elle a toujours été présente. Elle ouvre de nombreuses perspectives pour le gameplay, que ce soit au niveau des puzzles ou simplement des déplacements. Bouger une caisse au loin avec le mage Amadeus, tirer sur des ennemis de tous les côtés avec Zoya ou planer au dessus d’un gouffre énorme avec Pontius sont des actions désormais fréquentes. C’était l’ajout parfait à faire de la part de Frozenbyte, et la transition passe parfaitement.

 

… mais très creux2015-08-23_00001

Pourquoi, dans ce cas là, ne pas l’avoir exploité pleinement ? L’énorme défaut de Trine 3 vient de son gameplay amputé qui s’impose des limites inutiles. Si la profondeur des niveaux ajoute énormément de possibilités, les puzzles n’en profitent jamais. Il y a peut-être trois ou quatre endroits par niveau qui s’en servent réellement, comme une grande arène pleine d’ennemis (d’ailleurs toujours aussi anecdotiques) ou une salle avec un bain d’acide demandant le déplacement de plateformes pour se déplacer puis ouvrir une grille. Les puzzles restent sinon on ne peut plus basiques, ne montrant aucune évolution de difficulté/complexité au fil du jeu.

Et même les compétences des personnages ne bougent pratiquement pas. Là où Trine 2 brillait par son arbre de compétences, léger mais on ne peut plus efficace, son petit frère l’a tout simplement viré. Les trois héros restent identiques du début à la fin. Pas de flèches de feu/glace pour Zoya, pas de masse à lancer pour Pontius, et rien de plus que des caisses à créer pour Amadeus. Tout le charme du gameplay évolutif, riche et varié de la série est réduit à néant par un choix que l’on ne s’explique vraiment pas. Du coup, les gemmes à collectionner dans les niveaux servent maintenant à débloquer la suite du jeu, forçant l’exploration poussée de chaque lieu. La motivation n’est plus la même qu’avant, rendant la chasse moins savoureuse. Certains niveaux « à thème » viennent cependant varier l’action en proposant des challenges centrés sur un seul personnage. Ils sont bien conçus et très appréciables, peut-être même plus que la trame principale, malheureusement.

 

2015-08-23_00003Des défauts à tous les étages

Là où le bat blesse, c’est quand de nombreux bugs viennent en plus entacher le blason d’un jeu qui aurait besoin d’être redoré. C’est simple : une semaine avant sa sortie en version complète, l’Accès Anticipé du jeu contenait trois maigres niveaux bourrés de bugs. En ayant relancé Trine 3 après sa sortie finale, je suis tombé sur les mêmes niveaux, avec les mêmes bugs. On peut toujours sortir des limites de la carte en quelques secondes avec Pontius et Amadeus, des murs sont traversables, certains ennemis n’ont pas de hitbox et forcent à reprendre au dernier checkpoint… C’est l’hécatombe. Trine 3 n’en devient pas injouable, mais nettement moins appréciable. Quand en plus la difficulté au long du jeu reste inexistante et que la campagne se finit en quelques heures à peine, difficile de ne pas en ressortir déçu.

L'avis de la Rédac

6

L'action de Trine 3 se résume au final assez facilement : on enchaîne des puzzles basiques, occasionnellement ponctués de combats anecdotiques, tout en profitant d'une superbe direction artistique. Et c'est tout. Le jeu reste sympathique, surtout à plusieurs, mais bien trop simpliste pour vraiment viser juste. La faute à des puzzles trop simples, aucune évolution dans le gameplay, une aventure qui se finit en quelques heures et des bugs à foison. Espérons qu'une extension (en Accès Anticipé, évidemment) saura rattraper le coup.

Les Plus Les Moins
  • Les niveaux tout en profondeur...
  • Graphiquement toujours aussi magnifique
  • Ambiance conte de fées
  • Niveaux challenge excellents
  • ... mais une profondeur jamais pleinement exploitée
  • Plus aucune compétence
  • Collectionnite forcée
  • Beaucoup trop de bugs
Rédacteur et accessoirement passionné de jeux indés. Zboub est mon bras droit, en vrai.